Inscrivez-vous gratuitement pour profiter des services premium

Recherches de marques illimitées

Échanges avec la communauté Mes Marques En Bourse

Recevez un guide gratuit pour apprendre à gagner en Bourse

inscription

Vous avez déjà un compte Mes Marques en Bourse ? Connectez-vous

Bientôt une MINI électrique

Bientôt une MINI électrique

Le groupe BMW, propriétaire de MINI, sortira la première version tout électrique cette année.

Ce nouveau modèle devrait doper les ventes qui ont reculé de 1,8% sur les onze premiers mois de 2018. Cette légère baisse faisait suite à une année record en 2017 avec 372 000 immatriculations.

BMW a connu un succès spectaculaire avec MINI lors du rachat du britannique ROVER en 1994. Relancée en 2001 avec 25 000 ventes, la progression fut très forte avec 144 000 ventes en 2002 et 301 000 en 2012 !

L’arrivée de deux nouveaux modèles en 2015 a relancé les ventes après une stagnation entre 2012 et 2014. Le « Clubman », break 5 portes de plus de 4 mètres de long et le « Countryman », petit SUV, confirment la notoriété de la marque et la prise de risque de proposer des modèles de plus grande taille, en décalage avec l’image de MINI s’avéra être une bonne idée.

Ces 2 modèles représentent même aujourd’hui les deux tiers des ventes en France et 40% dans le monde selon le journal Les Echos lors de l’interview de Pierre Jalady.

Ces modèles vendus plus chers ont aussi amélioré les marges (27 000 euros minimum). Une large personnalisation rendue possible grâce à l’impression 3D satisfait les clients puisque 60% d’entre eux y ont recours.

Cette première version tout électrique sera proposée en version 3 portes et sera fabriquée en Chine et au Royaume-Unis. C’est suite à un accord avec le chinois Great Wall pour créer une co-entreprise à 50/50 que la petite voiture sera fabriquée dans une nouvelle usine. Pour l’Europe, c’est dans l’usine d’Oxford où près de 220 000 véhicules sont déjà produits chaque année que la version électrique sera fabriquée.

Le groupe BMW s’inquiète d’un Brexit sans accord. En effet 60% des pièces nécessaires à ses usines britanniques sont importées et 80% des MINI produites à Oxford sont exportées. C’est ainsi que la fermeture annuelle de l’usine aura lieu en avril au lieu d’août pour parer à d’éventuelles difficultés d’approvisionnement. Le groupe n’exclut pas non plus de transférer davantage de production au sous-traitant néerlandais Ned Car qui a assemblé 169 000 MINI en 2017.

Contacter l'auteur : s.kelo@mesmarques-enbourse.com
En savoir plus sur MINI en Bourse
MES MARQUES EN BOURSE

À voir aussi

En voir plus