Inscrivez-vous gratuitement pour profiter des services premium

Recherches de marques illimitées

Échanges avec la communauté Mes Marques En Bourse

Recevez un guide gratuit pour apprendre à gagner en Bourse

inscription

Vous avez déjà un compte Mes Marques en Bourse ? Connectez-vous

Apple très dépendant de l’iPhone à ce jour

Apple très dépendant de l'iPhone à ce jour

De 18% des ventes Apple globales en 2008, l’iPhone représente aujourd’hui 62%.    Depuis son lancement en 2007, Apple a vendu plus d’1 milliard d’exemplaires de son iPhone, ce qui lui a permis de devenir la première capitalisation mondiale en 2018 à plus de 900 milliards de dollars. Le succès est apparemment toujours au rendez-vous après le lancement en septembre 2017 des iPhone 8 et 10, ce dernier étant commercialisé au prix de 1 000 euros pour la première fois. Les chiffres 2017 de l’iPhone ont été en effet spectaculaires : 2èmes meilleures ventes en volume et 1ère en C.A. à 88,3 milliards $, et record de résultat à plus de 20 milliards $. Quelques mauvaises nouvelles viennent de perturber ces performances hors normes et en particulier une légère baisse des ventes de smartphones en fin d’année 2017, période pourtant propice d’habitude. Dans le même temps des problèmes techniques sont apparus sur les nouveaux modèles comme l’impossibilité de répondre aux appels ou la déformation d’images sur les photos et vidéos. Mais le perturbant pour l’image d’Apple est l’aveu qu’il bridait les performances des processeurs de ses anciens mobiles. Cette obsolescence programmée a amené le parquet de Paris à ouvrir une enquête contre le groupe. Si l’iPhone qui représente 62% du C.A. en 2017 continue à avoir des problèmes, c’est tout Apple qui risque de se trouver en difficultés. Trouver de nouveaux produits Hardware n’est pas évident et les tablettes (iPad) et les montres connectées (Apple Watch) ont des performances insuffisantes. Apple, conscient de cette fragilité a donc décidé de se tourner vers les services et son objectif est de passer de 24,5 milliards de $ en 2017 à 50 milliards de $ dans le Software d’ici à 2020. Pour y parvenir, la marque à la pomme devra diversifier son offre vers d’autres débouchées et s’engager dans des rachats d’envergure bien supérieurs aux 3 milliards déboursés en 2014 pour BEATS. Apple devra en cela s’inspirer de Facebook (22 milliards payés pour WHATSAPP) ou Microsoft (26,2 milliards pour LINKEDIN). Il en a les moyens avec une trésorerie 2018 de milliards de 133 milliards de $...
MES MARQUES EN BOURSE

À voir aussi

En voir plus